Le portail d'informations des professionnels du Bâtiment

Combien a réellement coûté l’énergie en 2017 ?

Quel est le vrai coût de l’électricité et du gaz naturel en 2017 ? Après les annonces successives de la disparition prochaine des tarifs réglementés du gaz et de la hausse du tarif réglementé de l’électricité, les consommateurs sont en droit de s’interroger. Jusqu’à combien leur facture va-t-elle s’élever ? Entre production, gestion, acheminement, stockage, commercialisation, combien coûte réellement l’énergie en 2017 ?

Électricité et gaz naturel : une inflation de dix ans

ampoule-energieLes statistiques de la Commission de Régularisation de l’Énergie (CRE) ne mettent pas : les prix de l’électricité ont flambé depuis 2008, avec une augmentation moyenne de 3,8% par an. On note une hausse de 31% pour les tarifs des “grands sites” et de 25% pour les sites moyens. Quant au gaz naturel, le constat n’est pas beaucoup plus encourageant : 70% d’augmentation des tarifs entre 2005 et 2016. Un marché qui peine à s’ouvrir aux énergies renouvelables alors que la transition énergétique est plus que jamais d’actualités.

D’où provient cette inflation ? Plusieurs facteurs se présentent et se rejoignent : la fin des tarifs réglementés de vente, la libéralisation du marché de l’énergie, d’abord en 2003 pour les professionnels, puis en 2007 pour les consommateurs résidentiels, les nombreux travaux/aménagements planifiés par les énergéticiens français, parmi lesquels la remise aux normes du parc nucléaire EDF (58 réacteurs) suite à catastrophe de Fukushima en 2011. Tout cela laisse présager une augmentation certaine du prix de l’électricité (fourniture, transport et taxes).

Le prix moyen du kWh d’électricité en France oscille autour de 0,14600 €. La facture d’énergie est établie par empilement : elle est la somme de différents éléments qui permettent l’acheminement, la vente et la rémunération des acteurs de l’électricité. Or ces coûts sont en hausse depuis plusieurs années, notamment le TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité), une taxation qui constitue la rémunération des gestionnaires de réseau de transport et de distribution d’électricité.

Les taxes de l’énergie représentent un bon tiers de la facture. Une part élevée, que l’on doit notamment au nombre croissant de bénéficiaires des tarifs sociaux de l’énergie (TPN et TSS), dont le financement est couvert par la CSPE (Contribution au service public de l’électricité). Autre facteur d’augmentation : les cours occasionnés par les changements nécessaires à apporter aux réseaux pour l’intégration des énergies renouvelables.

En France en 2017, la facture moyenne des consommateurs s’élève à 787 euros, soit quelques 4 679 kWh consommés par an. Côté gaz naturel, ce sont en moyenne 13 318 kWh consommés par an, soit une facture moyenne de 950 €TTC (prix aux tarifs réglementés Engie).

Augmentation des prix de l’énergie : quelles solutions ?

L’apparition sur le marché de nouveaux acteurs de l’énergie, les fournisseurs alternatifs, qui proposent des prix indexés sur les TRV de l’électricité et du gaz, a permis l’émergence d’un mouvement de diversification des fournisseur : déjà 40% de l’électricité vendue. Même si la part négociable du contrat ne représente qu’une mince partie de la facture finale (le prix du kWh HT), elle permet de faire jouer la concurrence et de créer une dynamique qui fragilise la toute puissance du monopole EDF-GDF.  Mais comment s’assurer de faire des économies ? Une solution consiste à faire une estimation de sa consommation via des outils de simulation en ligne.

Pour une simulation en ligne, cliquez sur le lien suivant : https://www.fournisseur-energie.com/edf-fournisseur-historique/simulation/